Meetup « Réconcilier handicap et numérique »

Retour sur notre meetup “Réconcilions Handicap et Numérique : des démarches de conception inclusive.”

Compte rendu de notre dernier meetup organisé le 9 décembre dernier à Toulouse dans les locaux de Digital 113.
Ou si vous préférez regarder le replay vidéo, c'est juste à côté 😉

Chez Suricats, nous nous considérons comme un collectif engagé : en cours de certification Bcorp, l’inclusion est un sujet qui nous tient particulièrement à cœur.

Il est également dans notre ADN d’aider les entreprises en les guidant vers des modèles et des pratiques responsables et c’est pour cela que nous échangeons depuis plusieurs mois avec FAARH, entreprise de conseil spécialisée dans l’intégration de salariés en situation de handicap.

En effet, face au développement et à l’évolution constante des outils numériques, l’idée nous est venue de trouver un compromis entre (1) d’un côté l’expertise de Suricats Consulting dans le digital et (2) de l’autre l’expérience et les connaissances de FAARH sur l’accompagnement des situations de handicap.

À travers ce Meetup, Jean-François Giner –  directeur de FAARH – et Claire de Ponsay –  consultante designer au sein de Suricats Consulting – nous ont expliqué leur approche dans chacune de leurs expertises. Leurs points de vue ont été complétés par l’intervention de Christelle Monier qui nous a présenté comment Covirtua, entreprise concevant des thérapies cognitives innovantes, réinvente la prise en charge des patients grâce à sa solution innovante.

L’entreprise FAARH

FAARH existe depuis près de 10 ans et intervient dans les entreprises pour apporter un éclairage sur ce qu’est le handicap.

L’entreprise travaille sur des thématiques qui touchent à la diversité sous la forme de formation, des interventions auprès des managers ou des équipes, de conseil autour du management au quotidien.

Mais finalement qu’est-ce que le handicap ?

Beaucoup d’idées reçues biaisent notre perception de ce qu’est une personne en situation de handicap : “le handicap, ça se voit bien”, “Il n’est pas en fauteuil roulant, pourtant”, “c’est souvent de naissance”.

Sachez que 80% des handicaps ne se voient pas, et environ 85% des handicaps surviennent au cours d’une vie.
Jean-François Giner nous a donné une définition de ce qui constitue un handicap :

“ Toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d’une altération substantielle, durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions physiques, mentales, sensorielles cognitive ou psychique, d’un polyhandicap ou d’un trouble de santé invalidant. ”

Le Handicap c’est finalement un état de santé impactant directement la vie professionnelle et personnelle.

Pour FAARH ce qui est important ce n’est pas la pathologie, mais plutôt comment faciliter la vie quotidienne des personnes en situation de handicap et donc mettre en place les bons outils.

Aujourd’hui, nous pouvons faire un constat de l’hyper-présence du numérique dans notre écosystème de vie actuelle : vie professionnelle (courrier électronique, outils de réalité virtuelle), formations (mise en situation, enseignement à distance), démarches pratiques (dématérialisation croissante de services administratifs) ou encore dans les loisirs et les activités sociales.

Cependant, l’hyper présence du numérique et cette forme de « naturel » posent problème et doivent aujourd’hui être questionnées.

Jean-François Giner soumet l’idée qu’il est possible, en réfléchissant à la manière de s’adapter aux situations de handicap, d’ouvrir le champ des possibles pour préparer l’avenir. La généralisation et l’adaptation passent par une réflexion que l’on doit avoir de nos usages du numérique permettant de lever les difficultés de chaque utilisateur quelles que soient les situations.

Suricats, FAARH et le Design Inclusif

C’est donc pour répondre à ces problématiques que Claire explique la démarche du Design Inclusif chez Suricats, qui prend en compte ces situations particulières.

Cette notion s’inspire de la méthodologie du Design Thinking : une méthodologie de conception qui permet de prendre en compte les sujets qui touchent les caractéristiques personnelles (poids, taille…), situation, infrastructures…

Lorsque l’on parle de Design Inclusif, il s’agit donc de penser et concevoir des produits, services ou encore des processus qui puissent être utilisés par le plus grand nombre de personnes possibles en prenant en compte toute l’étendue de la diversité des situations. Il s’agit donc de réfléchir à des cas extrêmes comme une situation de handicap ou des caractéristiques personnelles (ex. âge, aptitudes, environnement de travail…).

Designer de manière inclusive c’est une réflexion autour de nombreux sujets tels que :

Situations vs design inclusif

Concrètement, le Design inclusif permet d’améliorer l’expérience utilisateur pour tous.

Mais pour quelles raisons pourrions-nous adopter cette démarche ?

  • Faciliter et améliorer l’expérience utilisateur pour tous : elle permet de s’adapter à tout type de public.
  • On dit que la méthode est aussi une source d’innovation par la contrainte, qui permet d’imaginer des produits ou services pour des publics spécifiques et qui par la suite rentreront dans le quotidien de tous. Prenons des exemples concrets : les trottoirs bateau, le SMS, le sous-titrage des films.
  • Se mettre en conformité avec la loi.
Exemples d’usages conçus pour des cibles extrêmes
Exemples d’usages conçus pour des cibles d'utilisateurs "extrêmes".

Les 5 phases du Design Inclusif

Phase 1 : L’empathie.

C’est la période où l’on va aller à la rencontre des utilisateurs. On va chercher à élargir la cible prendre en compte tous les usages (handicap notamment). Par exemple : suivre quelqu’un qui fait ses courses au rayon « vrac » (un projet sur lequel Suricats a récemment travaillé).

Phase 2 : La définition.

On tente de poser le problème grâce à un outil que l’on appelle la persona, personnage fictif qui rassemble toutes les caractéristiques de la cible d’utilisateurs visés. Dans la démarche du Design Inclusif, nous prenons les personae extrêmes pour élargir la vision des problèmes que peuvent rencontrer les utilisateurs.

Phase 3 : L’idéation.

C‘est la phase de créativité. Les travaux de cette phase prennent la forme d’ateliers animés de façon ludique avec des cartes de situations (contraintes liées à l’environnement ex. bruit, espace réduit, handicap quelconque…). Ces cartes que l’on pioche nous permettent de réfléchir à la question : “Comment pourrais-je proposer une solution adaptée à ce type de situation ?”

Phase 4 : Le prototype.

C’est le moment où l’on rend concret notre projet de solution en s’entourant des experts de la conception produit (ou de service). En sortie de cette phase : un prototype de la solution retenue dans la phase précédente. Le prototype peut prendre la forme d’un objet, d’un storyboard, d’une maquette …

Phase 5 : Les tests.

C’est à ce moment-là que l’on teste si la solution imaginée est vraiment inclusive ou non. Comment ? En soumettant le prototype à un groupe d’utilisateurs représentatifs de nos personae de départ. La boucle est bouclée.

Intervention de Christelle présidente et co-fondatrice de COVIRTUA Healthcare

Vidéo de présentation de CoVirtua Cognition

L’objectif des professionnels de santé et de rééducation est de permettre aux patients atteints de troubles neurologiques un transfert des acquis dans la vie quotidienne : les fonctions cognitives travaillées en séance se traduisent par une amélioration des performances en dehors de ces séances et donc dans la vie quotidienne du patient.

Illustrons ce processus par un exemple. Un patient qui a subi un AVC doit être capable de penser à aller faire des courses, à gérer son budget, organiser un déplacement… Mais malheureusement, la prise en charge des patients n’est pas satisfaisante car cette dernière n’est faite que pendant les séances de rééducation.

Il faut trois conditions pour qu’un patient transfère les acquis d’une séance dans sa vie quotidienne :

  • Mises en situation réalistes de son quotidien
  • Personnalisation de l’activité en fonction des réactions du patient
  • Intensivité des soins

C’est pour répondre à ces trois conditions que Christelle et ses associés ont créé une solution numérique de remédiation cognitive qui permet la rééducation immersive, personnalisée et accessible partout et en continu. L’outil numérique permet également l’interaction avec le patient et le professionnel.

Démode la solution CoVirtua Cognition - Activité "Les courses"

Covirtua a pour ambition de s’adresser à une cible large et à adapter son outil à plusieurs types de handicaps puisque tous les patients n’ont pas la même capacité à utiliser cette plateforme.

C’est à la technologie de s’adapter au patient et non l’inverse. Cette adaptation passe par le fait de remonter les besoins et les limitations des utilisateurs afin que l’outil ne laisse personne sur le bord de la route.

Pour conclure

Nous remercions tous les intervenants de nous avoir éclairé sur des sujets qui nous tiennent à cœur chez Suricats Consulting et aux équipes de Digital 113 qui nous ont accueillis dans leurs locaux.

Vous pouvez suivre les prochains Meetup sur la page suivante : https://www.meetup.com/fr-FR/Meetup-innovation-newtech/. Pour en savoir plus sur le détail de nos actions, n’hésitez pas à vous inscrire à notre newsletter.

Une question ?
vous répond
(n'hésitez pas)
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pocket
Pocket
Partager sur email
Email
Nous contacter
Logo Suricats Consulting
Il reste des places à notre formation inter-entreprises au Design Thinking du jeudi 31 mars 2022.