L’incroyable impact du numérique sur l’environnement

Catherine Leguyader
Catherine Le Guyader
Lecture 5 min.

Vendredi 12 février, l’équipe de Suricats Consulting a accueilli dans ses locaux parisiens l’atelier La Fresque du Numérique, un atelier co-organisé par le groupe de travail interne GES (Gaz à Effet de Serre) du collectif et par les intervenants de la Fresque du Numérique, Aurélien Déragne, Yvain Mouneu et Benjamin Lang. 

L’occasion de se questionner sur nos usages professionnels et privés du numérique. 

Qu’est-ce que la fresque du numérique ?

La Fresque du Numérique est un atelier créé par  Aurélien Déragne et Yvain Mouneu qui permet aux participants de découvrir de manière ludique l’impact environnemental du numérique. Sur la base de cartes de jeu, les participants sont invités à découvrir les différentes étapes qui précèdent les usages et la consommation numérique. Sont mises en relation la fabrication des matériels numériques (smartphones, ordinateurs) et l’extraction des ressources nécessaires à leur fabrication, la création de l’infrastructure et des data centers, l’utilisation de l’électricité. L’impact post consommation est aussi mis en lumière à travers le recyclage partiel du matériel.   

L’atelier incite les participants à repenser les usages du numérique et à se questionner sur des pratiques numériques plus raisonnées à l’échelle individuelle, de l’entreprise et collective.   

Un après-midi d’ateliers collaboratifs

L’après-midi s’est déroulé sous forme d’ateliers collaboratifs en groupes et de mises en commun collectives pour échanger sur les questionnements. Particularité liée à la crise sanitaire : l’atelier a été organisé à la fois en présentiel et à distance avec des moments de mise en commun. 

Les Suricats ont d’abord été amenés à dresser à partir de cartes thématiques des liens entre les usages du numérique et les différentes étapes précédant cette “consommation” de matériel numérique : extraction de matières premières, fabrication des composants, production d’électricité, usage de data centersLes empreintes environnementales, sociétales et géopolitiques ont ainsi également pu être mises en avant : impacts à l’extraction et à la fabrication des appareils numériques (stress hydrique, pollution des sols et impacts sur la biodiversité, émissions de gaz à effet de serre, raréfaction des ressources et conséquences sur les populations) mais aussi conséquences du retraitement des appareils usagers (émission de produits polluants, recyclage par des circuits parallèlesdécyclage). Ce travail de groupe a donné lieu à la constitution de quatre fresques du numérique, une par groupe, mettant en avant les étapes de fabrication, les usages et conséquences.  

Prendre conscience des impacts du numérique

Un atelier a permis de prendre conscience des impacts de nos usages quotidiens du numérique, qu’ils soient privés ou professionnels. 

Parmi les faits qui ont marqués le plus le collectif, on retrouve : 

  • L’équipement utilisateur a l’impact environnemental le plus important du fait des ressources nécessaires à sa fabrication, mais aussi du fait de son cycle de vie très court (2 ans en moyenne pour un smartphone) et de son recyclage très partiel.  
  • La fabrication des équipements consomme énormément de ressources. Ainsi pour fabriquer un ordinateur de 2 kg, il ne faut pas moins que 800 kg de ressources pour la fabrication (notion de sac à dos écologique). 
  • Le recyclage du matériel n’est que très partiel (environ 20% pour un smartphone) Les déchets sont incinérés ou finissent en décharges, souvent sauvages dans des pays du tiers monde.  
  • L’extraction des matières premières entraîne une raréfaction des ressources, comme la raréfaction de l’eau dans certaines zones (stress hydrique) Il en va de fortes tensions entre pays, ce qui impacte les populations locales. 
  • L’obsolescence psychologique amène les utilisateurs à changer leur équipement face aux nouveautés, au lieu de raisonner en termes de durée de vie des équipements. 
  • Les consommations du numérique sont en hausse constante alors qu’uniquement 60% de la population mondiale est à présent équipée d’un accès internet. 

Agir au quotidien : des actions concrètes pour un usage numérique plus responsable

Dans un deuxième atelier, les participants ont été conviés à réfléchir à des solutions pour limiter les impacts du numérique et adopter une pratique raisonnée, en se mettant dans la peau de personaeIls ont pu envisager des solutions en prenant en compte la facilité ou la difficulté de leur mise en place, et le degré de leur impact. 

Parmi les solutions identifiées par le collectif pour limiter l’impact négatif du numérique, on retrouve par exemple le fait d’acheter de préférence du matériel d’occasion ou reconditionné, une mesure déjà adoptée au niveau de l’entreprise en 2020. Actions mises en lumière lors de cet atelier : entretenir mieux son matériel et remplacer son équipement moins souvent. Une autre manière de limiter l’impact environnemental est de limiter le nombre d’équipements que l’on utilise, que ce soit en se partageant des équipements au sein de l’entreprise, en famille ou en mutualisant l’équipement professionnel et personnel.  

Pour conclure

L’atelier participatif de la Fresque du Numérique a permis de mettre en relation consommations numériques, étapes de fabrication et recyclage avec les impacts et conséquences sur l’environnement et les populations autour de la réalisation de quatre fresques, dont une restera affichée dans les locaux parisiens. 

S’interroger sur les impacts du numérique et réfléchir à des solutions individuelles, collectives ou d’entreprise a permis aux Suricats de mettre la main sur des actions réalisables qui permettront de réduire l’impact numérique du collectif. 

thumbnail IMG 6043

 

 

Une question ? Un projet ? Parlons-en !

Notre experte

Catherine Leguyader
Catherine Le Guyader

Découvrez nos dernières publications

Rapport dimpact Suricats

Rapport d’impact 2020

Avec quelques mois de recul sur 2020, nous avons regardé dans le rétroviseur et rassemblé les moments qui ont marqué le collectif Suricats l’an dernier.

Lire la suite »